Aller au contenu

Porter une attitude positive et bienveillante aux professionnels

Le principe général est de garantir aux salariés la même attention que celle que nous leur demandons d’avoir vis-à-vis des familles.

Pour un épanouissement professionnel


Au sein d’une équipe, il est essentiel de faire preuve de respect et de bienveillance, valeurs qui constituent le socle des établissements et services du réseau Main dans la Main.

Le principe général est de garantir aux salariés la même attention que celle que nous leur demandons d’avoir vis-à-vis des familles. Au-delà des missions confiées à chacun, il est essentiel d’offrir à chaque salarié un accompagnement individualisé pour mettre à profit ses compétences particulières.

Une équipe expérimentée permet de veiller à la place des familles, sujet au cœur de nos préoccupations

  • L’équipe est garante de la bonne distance avec les familles. Les échanges autour des situations rencontrées permettent de maintenir cette distance et ce respect mutuel aussi bien envers les familles qu’envers les professionnels. La proximité est encouragée mais pas la familiarité.
  • Le fait de connaître ses limites et d’être en mesure de dire que l’on ne comprend pas, que l’on ne sait pas, est possible pour tous. Cela implique une certaine humilité professionnelle et également une capacité à orienter vers une personne plus compétente selon le domaine abordé.
  • La place des parents est centrale. Cependant, le lien qui lie les professionnels aux familles ne dépasse pas ce cadre de responsabilité. Aider et soutenir ne veut pas dire être en mesure de répondre à tous ses besoins.
  • Le professionnel s’assure que le parent est en accord avec ce qui sera proposé à son enfant.
  • Les professionnels inscrivent leur pratique dans la souplesse et privilégient le bien-être de l’enfant. Il est important de rester professionnel même si la situation s’y prête moins ; la collectivité implique que certains enfants doivent attendre ou que les temps forts amènent parfois de l’agitation.
  • Afin de préserver les rythmes de l’enfant, il semble nécessaire d’être en capacité de remettre en question les principes d’organisation qui peuvent être adaptés à un moment mais plus à un autre. Par exemple, un enfant grand ayant pris tard son petit-déjeuner doit pouvoir déjeuner plus tard que ses pairs.
  • Il convient de rester vigilant quant à nos certitudes professionnelles qui sont susceptibles de nous fournir une vision réductrice des situations et nous empêcher d’être innovants et créatifs.
  • Parfois, il est important de savoir repérer ou reconnaître que l’on ne fonctionne pas bien avec certains enfants ou certaines familles. Dans ce cas, le professionnel doit pouvoir le partager avec le reste de l’équipe pour en comprendre les raisons éventuelles et tenter de dédramatiser pour établir une communication plus sereine.
  • La singularité de chaque famille est à prendre en considération.